FR / EN
François Machado - Sculpture - Perception et territoire - Méditerranée
Perception et territoire - Méditerranée - projet - 52 x 580 x 272 cm


La "Méditerranée" se présente sous la forme d'une coque exprimant un relief bathymétrique, tenant compte de la rotondité de la Terre.

Elle est une représentation de la mer Méditerranée. Plus exactement elle est exclusivement la surface de contact entre la masse d'eau de la Méditerranée et la croûte terrestre.
Toutes les terres non-immergées sont ici le vide. On obtient ainsi un inversement de ce que nous sommes accoutumés à voir, et même à pratiquer. L'empreinte de la mer que l'on ne voit jamais, qui dans notre imaginaire en est immatérielle, est ici solide et devient une entité physique. Elle est explicitement le sol qui relie les continents.

La Méditerranée a été le berceau de nombreuses civilisations. Et si on la connaît pour s'être imbriquée étroitement à travers les siècles dans l'histoire des pays la bordant, elle continue aujourd'hui à jouer un rôle de premier ordre dans toute la région du monde allant de l'Europe à l'Afrique et de l'Atlantique au Moyen-Orient.

Toutefois l'image de la Méditerranée comme centre est balancée par l'image que l'actualité nous renvoie d'une séparation entre les pays du Sud et les pays du Nord, un fossé symbolisant un monde à l'équilibre instable, reflétant ses inégalités, que des hommes tentent de franchir animés par l’espérance, quitte à en mourir.

On parle de la Méditerranée, on la connaît, mais sait-on à quoi elle ressemble ? Saurions-nous la reconnaître si nous l'avions sous les yeux ? Identifier sa forme lorsqu'elle est isolée n'est en fait pas évident, et d'autant plus lorsqu'on la voit en relief, lorsqu'est vue sa sous-face et non sa sur-face.

Retourner et questionner la perception que l'on se fait d'un objet que l'on croit connaître est à la racine de l'œuvre. Voir cet objet sous un autre angle éveille à la diversité des caractéristiques de celui-ci, à la multiplicité des approches que nous pouvons en avoir.
Ainsi visualiser la forme de cette étendue d'eau, comme une entité, fait repenser la position où nous nous trouvons dans le monde, quels sont nos voisins, quelles relations nous pouvons entretenir avec les autres. On se met à rechercher au sein de la forme générale de la sculpture, dans les contours et les masses, dans les creux et les reliefs, ce qui nous permettrait de nous positionner. Des lieux où on a pu aller, des lieux dont on a entendu parler, et peu à peu on crée des liens entre des pays, des territoires, des cultures, reproduisant par l'esprit ce qu'ont toujours effectué explorateurs, marchands et voyageurs, au cours de leurs déplacements sur l'eau.

Notre vision du monde est redécoupée par les frontières des pays qui s'en disputent la propriété. Mais l'eau y tombe et les traverse, s'écoule indifféremment, et perpétuellement, en contact avec son contenant, la Terre, elle gravite jusqu'à atteindre les mers et les océans qui en sont les réservoirs les plus considérables. En voyant la courbure de l'ensemble de la sculpture, c'est l'image de la planète entière qui se dessine, nous conduisant à englober dans notre raisonnement un espace dépassant les limites de celui représenté.

Donner à voir seulement ces profondeurs réceptacles de l'eau en provenance de tant de pays, de tant de cultures diverses, est une invitation à reconsidérer la perception que nous nous faisons des territoires dans lesquels nous vivons.





François Machado - Perception et territoire - Méditerranée


François Machado - Perception et territoire - Méditerranée


François Machado - Perception et territoire - Méditerranée


François Machado - Perception et territoire - Méditerranée